Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

2015….!

Michel LAMBERT, 3 mai 2011

Le réveil est dur ce matin en ce début de règne absolu des conservateurs de Steven Harper pour minimalement 4 ans. La démocratie a parlé comme le disait un des grands perdants d’hier, et il faudra l’accepter et vivre avec.

Mais a-t-elle vraiment tout dit ?? Cette incroyable majorité conservatrice nous ramène une fois encore à notre mode de scrutin inacceptable « majoritaire, uninominal, à un tour » qui donne le pouvoir absolu à un parti qui n’a de fait pas obtenu la majorité absolue des voix. Tout le monde peut faire le calcul, dans un mode de scrutin proportionnel, les conservateurs n’auraient obtenu que 122 sièges, 95 pour le NPD et 59 pour les libéraux. Le Bloc aurait survécu avec 19 députés et Elizabeth May aurait obtenu 12 autres députés verts. Ce parlement bien différent aurait sans doute été beaucoup plus en mesure que celui que nous venons d’élire de répondre aux aspirations des canadiens de toutes visions politiques. Pour ma part, j’appuierai désormais les formations politiques qui mettront la question du scrutin au cœur de leurs programmes.

Mais ce n’est pas demain la veille d’un tel changement. En attendant, le parti conservateur dispose bel et bien de la majorité et n’a plus de facto aucune limite à la mise en œuvre de son programme. L’Agence canadienne de développement international et Radio Canada pourrait par exemple être ses premières victimes institutionnelles. Mais la vague d’attaques contre les institutions démocratiques et les organisations citoyennes et sociales risque fort de devenir un raz de marée car le parti de Steven Harper, déjà premier parti de l’Histoire à être sanctionné pour mépris des institutions démocratiques, sera aisément à même de poursuivre sa démarche d’élimination des oppositions sans que Jack Layton puisse y faire grand chose. Le financement public aux partis, un fondement essentiel de notre système démocratique, sera éliminé. Le bâillon au personnel politique des ministères sera serré d‘un cran confirmant davantage l’opacité gouvernementale et l’impossibilité même d’établir un dialogue entre le gouvernement, la société civile et la population, et au sein même des institutions démocratiques. IL faut s’attendre à moins de les libertés civiles, plus de répression policière et bien sur, un parlement fantoche réduit à sa plus simple expression.. quand il ne sera pas fermé !

Ces situations comme bien d’autres qui ont déjà été démontrée à maintes reprises dans les dernières années font partie du « grand plan » conservateur et tout indique qu’ils pourront y aller TRES vite avec la mise en œuvre de cette « réforme » du Canada qui deviendra sans doute vite un "État conservateur" et ce même si le parti qui en porte de nom devait ne pas être réélu d’ici quelques années.

Dans ce contexte, le rôle citoyen devient central. Plus que jamais, pour contrer les vues gouvernementales sur le développement des sables bitumineux ou sur les engagements guerrier du Canada, par exemple, il deviendra essentiel d’être à même de maintenir une pression citoyenne importante.

Les dernières semaines nous ont permis de nous rappeler d’avril 2001 et de cet épisode grandiose il y a dix ans presque jour pour jour où des dizaines de milliers de canadiens et de québécois ont marqué le réveil des mouvements sociaux d’ici pour défaire le projet de Zone de libre-échange des Amériques - ZLÉA. Cette période reste un brillant exemple de solidarité sociale entre les Amériques ayant réussi infligé un recul au néolibéralisme, mais surtout, elle marque le dernier moment où les organisations progressistes québécoises et d’outre-outaouais ont choisi de travailler de concert pour un objectif commun.

Cette période de notre histoire comme mouvement social et progressiste au Canada est essentielle. Plus que jamais, dans les 4 prochaines années, l’avancement de nos revendications ne sera réaliste que dans le cadre d’un rapprochement avec cette gauche canadienne, partisante du Nouveau parti démocratique de Jack Layton depuis des décennies et qui partage nos valeurs démocratiques et pour les droits. Si nous allions appuyer une éventuelle coalition « libérale-démocratique » pour contrer l’union des forces de droite au Canada, il nous faudra en son « absence » rapidement mettre en œuvre « notre » alliance des forces citoyennes d’est en ouest du Canada, comme en 2001, mais surtout pour répondre en force aux défis actuels jusqu’en 2015 !

Blogues

+