Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

La somalisation de la Libye

14 avril 2011

Trois semaines de bombardements par les avions de combat britanniques, français et étatsuniens n’ont pour l’heure réussi qu’à instaurer une partition de fait entre une Tripolitaine (où les civils sont désormais armés) qui fait bloc derrière le colonel Kadhafi et une Cyrénaïque où les insurgés peu aguerris n’ont pas pu remporter de succès militaires décisifs, malgré le soutien aérien occidental.

Officiellement les bombardiers étatsuniens ne participent plus aux actions directes sur la Libye depuis le 4 avril date du transfert du commandement à l’OTAN, mais ce retrait officiel ne serait en fait que partiel. Il laisse en tout cas sur le terrain une pénurie de bombardiers que la France voudrait combler en demandant aux 22 des 28 membres de l’OTAN hostiles à toute participation militaire de s’impliquer davantage.

Devant l’impasse militaire, les responsables états-uniens ne cachent plus leur crainte que la Libye devienne un "failed state", un "Etat manqué" à la somalienne, où s’infiltreront les extrémistes de tous bords. Déjà un millier de djihadistes auraient été recensés dans les rangs des insurgés de Benghazi soutenus par les Occidentaux selon un islamiste repenti Noman Benotman. L’amiral James G. Stavridis a confirmé leur présence devant le congrès des Eatts-Unis et le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen reconnaît qu’Al Qaida pourrait s’y renforcer encore davantage.

Foreign Policy et le Fund for Peace qui classent les pays suivant leur degré de stabilité viennent d’ajouter la Libye dans la liste des pays "à la limite" de l’instabilité durable - au même titre que le Mexique et l’Ukraine.

La guerre occidentale en Libye qui viole la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU votée uniquement dans le but de protéger les civils, est de plus en plus impopulaire dans le monde. Les cinq pays émergents du Brics (Brésil, Russie, Chine, Inde, Afrique du Sud) qui représentent plus de 40% de la population et 18% du PIB de la planète, réunis à Sanya en Chine, se sont prononcés aujourd’hui contre l’usage de la force en Libye. Dans les pays voisins de la Libye, l’opinion publique en Algérie et en Tunisie est hostile à l’opération militaire de l’OTAN.

Sur le terrain les conséquences de la guerre sont désastreuses. Alors que la Libye est le pays le plus riche d’Afrique du Nord, plus de la moitié de la population (3,5 millions d’habitants) pourrait nécessiter une aide humanitaire, et 500 000 personnes ont déjà fui le pays. Les Occidentaux accusent les forces de Kadhafi de tirer sur les populations civiles à Misrata qui est sur la ligne de front depuis plusieurs jours. Réciproquement il y a quinze jours une déclaration du porte parole du ministère russe des affaires étrangères Alexandre Loukachevitch mettait en cause des frappes effectuées par les Occidentaux sur des sites non-militaires à Tripoli, Tarhuna, Maâmura et pointait la mort de 48 civils (150 blessés), la destruction partielle d’un centre cardiologique, de routes et de ponts. Le bilan des pertes civiles reste opaque. Le gouvernement libyen en dénombre une centaine depuis le début des opérations, un chiffre vraisemblable et peut-être même sousestimé compte tenu du fait que les forces loyalistes sont disséminées dans les villes contrôlées par le gouvernement.

Au delà de ces effets immédiats, la guerre pourrait aussi générer une catastrophe à moyen terme dans l’ensemble de l’Afrique du Nord-Ouest. Selon le quotidien algérien El Watan, des centaines de jeunes Touaregs du Mali et d’Algérie se sont rendus ces derniers temps à Tripoli pour défendre le régime du colonel Kadhafi, attirés par la perspective d’avoir de l’argent et des armes. Parallèlement aux forces d’Al Qaida Maghreb venues soutenir les insurgés de Benghazi, ils sont un facteur préoccupant de dissémination du conflit dans tout le Sahara à moyen terme.

Les chances de trouver une sortie décente au bourbier libyen restent cependant minces,le Conseil national de transition de Benghazi posant toujours comme préalable à la paix la démission de Kadhafi.


Voir en ligne : Atlas alternatif