Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Unir nos voix pour la démocratie

Michel LAMBERT, 8 avril 2011

J’ai participé cette semaine à l’une des 10 rencontres qui se tenaient simultanément au Canada pour faire la promotion de la démocratie et des droits. Ce programme de soirées pour la démocratie était organisé par une coalition appellée Voices, une coalition qui regroupe plus de 200 organisations canadiennes inquiètes du bilan du gouvernement Harper, inquiètes de la détérioration de nos droits, inquiètes de la détérioration des institutions démocratiques canadiennes. C’est donc une coalition qui cherche, dans le contexte politique et électoral actuel, à demander aux partis politiques canadiens de prendre position pour la protection de nos droits et des institutions démocratiques au Canada.

Plusieurs intervenants ont pris la parole et par la suite, on a donné la parole au public présent, un public qui a fait la promotion d’idées intéressantes. L’une de ces idées étant celle de réfléchir à l’inverse des idées habituelles et, cette fois, d’aller chercher la solidarité, le support, des organisations et des mouvements sociaux du Sud que nous avons souvent appuyées et qui aujourd’hui sont de plus en plus conscients des impacts mondiaux de la montées de la droite radicale au Nord. Autre idée plus classique mais toujours de rigueur, celle de s’organiser rapidement, de manifester nos désaccords... de faire du bruit pour faire entendre nos voix, nos idées dans les médias.

Certains intervenants, tant du public qu’au sein du panel d’invités, ont aussi mentionné « notre point faible », cette affirmation presque traditionnelle ou nous nous redisons, entre nous, que justement nous de parlons qu’entre nous. Selon cet argument, nous ne ferions, comme organisations de solidarité ou comme organisation de droit, que parler à nos membres, que parler à des convaincus. Ce constat là est non seulement souvent présenté systématiquement comme étant une faiblesse mais semble impliquer, dès le départ, une impossibilité de passer à une autre étape.

Personnellement, je pense que c’est une idée fausse. Je pense que la notion que de ne parler qu’à des convaincus n’est pas en soit le réel problème. Notre réel problème vient du faut que nous ne parlons pas à des convaincus pour leur proposer quelque chose qui puisse leur permettre de changer les choses à un niveau plus global !

Et c’est avec la même perspective que nous travaillons en coalition avec d’autres groupes. Par exemple, nous travaillons actuellement en coalition pour la protection de la démocratie au Canada, mais ; comme à l’habitude, il s’agit d’une coalition qui, éventuellement, est vouée à disparaître dans un contexte où sa mission serait, demain, réalisée ou dans le contexte pire ou nous serions défaits ou nous ne serions plus en mesure de réaliser nos missions respectives. Systématiquement, les organisations ne travaillent en coalition que lorsqu’il y a un enjeu qui les forcent à se réunir, mais elles en travaillent pas ensemble pour développer un projet de société, commun, pour « prendre le lead », et surtout pas suffisamment avec une perspective de rupture avec l’ordre établi. Et c’est là notre véritable faiblesse.

Car nous, les convaincus qui militent avec ou sont sympathiques à Alternatives, les convaincus qui sont engagés avec Amnistie International, la CSN, de la Ligne des droits, etc.. … nous sommes des milliers de convaincus au Canada, au Québec. Mais il n’y a pas un axe de travail commun qui nous permettent de développer un projet de société commun. Steven Harper est au pouvoir pour la simple et bonne raison qu’il est parvenu à unir les forces réactionnaires, les forces de droite au Canada. On pourra lui lancer toutes les insultes du monde, mais il demeurera que Steven harper est parvenu à faire ce que nous ne parvenons toujours pas à envisager de faire, c’est à dire de réellement développer un projet commun qui nous permette d’unir nos voix et d’envisager de réelles perspectives de le réaliser ensemble.

Il est temps maintenant, indépendamment du résultat des élections du 2 mai de travailler ensemble à développer un projet de société populaire et « révolutionnaire », c’est à dire en rupture avec l’ordre établi, qui va nous permettre de faire avancer les choses indépendamment de l’agenda néolibéral des divers partis qui sont en liste pour remporter l’élection du 2 mai.

Natif du grand sud en 2000, le Forum social mondial est un processus fascinant qui a uni des centaines de milliers de gens dernières de nouveaux projets de société importants lesquels qui ont permis, mine de rien, l’élection de gouvernements progressistes dans plusieurs pays d’Amérique latine et l’avancement social à plein de niveaux dans ces même pays.

Depuis Dakar, au Sénégal lors du plus récent forum social, le Conseil International du FSM a lancé l’idée qu’il est temps pour les mouvements sociaux du Sud d’amener cette « expertise », cette expérience de solidarité aux mouvements sociaux du Nord, lesquels sont en lutte avec des gouvernements et des forces de droite de plus en plus radicales. Il nous faut profiter de cette opportunité pour non seulement recevoir un appui mais bien évidemment pour organiser au Canada le prochain FSM qui devra en bout de piste nous permettre de travailler ensemble pour cesser d’être en réaction, mais pour proposer/imposer un changement. Le FSM au Canada est un immense projet. Un projet qui devra nous permettre de regrouper des dizaines de milliers de « convaincus » et autant d’autres à convaincre par ce projet de société « révolutionnaire », pour changer les choses, chez nous, au Nord.

Il est maintenant temps pour les mouvements sociaux au Nord que soyons capables non seulement de réagir aux diverses attaques du gouvernement conservateur et des autres gouvernements néolibéraux qui pourraient leur succéder mais surtout il est surtout temps que mettions de l’avant notre propre projet pour unir les convaincu et les autres à convaincre pour changer les choses en profondeur au Canada.

Blogues

+