Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

G20 : De plus en plus illégitime

Claude Vaillancourt, 2 juillet 2010

La dernière rencontre du G20 à Toronto les 26 et 27 juin a une fois de plus démontré les vices de base de cette organisation qui s’est donnée le mandat de diriger l’économie du monde. À l’intérieur d’un périmètre de sécurité gardé par des milliers de robocops, les chefs d’États ne se sont entendus sur aucune solution concrète pour améliorer le sort des milliards d’individus sur la planète. À l’extérieur, la police envahissait la ville et arrêtait arbitrairement, dans la violence et le mépris, plus de neuf cents personnes. De part et d’autre, c’est la démocratie qu’on a sacrifiée.

La crise financière qui s’est déclenchée en 2007 n’en finit plus de se répercuter sur l’économie. La dette engendrée en grande partie par l’aide gigantesque accordée aux banques responsables de la catastrophe et les plans de relance entraîne aujourd’hui les pays à adopter des plans d’austérité. Devant cette situation, alors que les pauvres et la classe moyenne paient pour la folie des financiers, le G20 de Toronto est devenu une vaste entreprise de diversion devant des problèmes majeurs.

La diversion s’est déroulée dans les lieux chics du sommet du G20, loin de l’oppression policière qui empêchait les opposants de manifester. Contrairement à son habitude, le sommet de Toronto a soumis une déclaration finale longue et touffue que les grands médias n’ont pas eu le temps de décortiquer. Ce texte montre bien toute l’ambiguïté des dirigeants du G20.

D’une part, ces derniers admettent que la crise économique est due aux dérives d’un système économique hors contrôle et qui a donné la preuve qu’il s’appuie sur des prémisses erronées. Ainsi, on a été obligé une fois de plus de nommer ce qui ne va pas : les déréglementations excessives, surtout celles de la finance ; les paradis fiscaux et l’évasion fiscale ; l’incapacité des États à aller chercher des revenus qui leur sont nécessaires ; la faible reprise qui ne parvient pas à régler le problème du chômage.

Devant de pareils constats, on croirait que le G20 prendrait les mesures énergiques qui s’imposent. Pourtant, on ne parvient qu’à répéter les mêmes credo néolibéraux et proposer les mêmes politiques économiques qui ont mené à la crise. Ainsi, le libre-échange et la déréglementation qui s’ensuit sont-ils considérés comme l’inévitable remède.

Les plans d’austérité budgétaires sont aussi envisagés comme solution, même si de pareilles mesures risquent d’enfoncer les pays dans la récession. Le G20 continue d’accorder de nouvelles responsabilités au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque mondiale, sortis d’entre les morts au G20 d’avril 2009 à Londres, sans que ceux-ci ne remettent en question les politiques néfastes qu’ils ont toujours défendues.

En tant qu’hôte de ce sommet, Stephen Harper a pu déployer son action nuisible en bloquant par-ci l’idée d’une taxe sur les banques, en encourageant par-là l’austérité budgétaire, en promettant une mesure d’aide hypocrite pour la santé des femmes, en semant la confusion, comme il sait si bien le faire.

Cirque policier

La grande entreprise de diversion a aussi eu sa contrepartie à l’extérieur du périmètre de sécurité. Les manifestants ont été saisis par une présence policière obsédante. Cette police s’est rapidement mise en action par les arrestations multiples et arbitraires dont on a beaucoup parlé. Si quelques manifestants se sont montrés violents, ces actions restent minimes et ne justifiaient en rien une pareille répression.

Nous avons été nombreux à constater qu’une voiture de police a été abandonnée au beau milieu de manifestants pacifiques, les portières déverrouillées. Il aurait été un jeu d’enfant pour les centaines de policiers armés jusqu’aux dents à quelques mètres de cette voiture de la reprendre et de la ramener tranquillement au poste. Il a fallu tout de même quelques heures avant que quelqu’un y mette le feu, prétexte fallacieux et largement médiatisé pour justifier encore plus de répression — qui dans les faits, ne s’est déroulée que pour quelques vitrines brisées.

Outre les atteintes flagrantes à la liberté de manifester, au droit le plus élémentaire de circuler librement, ces opérations policières brutales et dignes d’une dictature ont contribué à ce que les grands débats sur la crise économique et les orientations de notre économie soient une fois de plus occultés et laissés aux seuls puissants de ce monde.

De réelles propositions

Pourtant, les représentants du mouvement social avaient beaucoup à proposer avant et pendant le sommet du G20. Le week-end précédent, les participants au Sommet des peuples ont nourri de riches débats et ont lancé des propositions multiples pour améliorer notre monde. Le jeudi 24 juin, une marche des premières nations rappelait l’importance de soutenir le droit des autochones. Le vendredi 25 juin, dans un Massey Hall rempli à craquer, de grandes oratrices telles Vandana Shiva, Naomi Klein, Amy Goodman et Maude Barlow ont enflammé un public enthousiaste par leurs observations sur la conjoncture et les alternatives qu’elles ont proposées.

Deux pétitions mondiales recueillant deux millions de signataires, une première demandant au G20 de remplir ses promesses et une seconde en faveur de la taxe Robin de Bois, ont été remises aux représentants du G20, au terme de campagnes ayant duré des mois. Une manifestation festive et humoristique a été organisée par Oxfam en faveur de cette dernière taxe sur les transactions financières, qui pourrait rapporter des centaines de milliards par année pour l’aide au développement.

De tout cela, on a très peu parlé. On a oublié ces événements devant les annonces officielles à des journalistes complaisants, devant les formulations ronflantes et les promesses que l’on sait vaines, énoncées dans le communiqué officiel du G20. Et cela alors que les exactions de la police laissent un goût plus qu’amer et deviennent une autre manifestation, particulièrement inquiétante, du peu de cas que l’on fait de la liberté d’expression dans notre beau pays.

Blogues

+