Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Le rêve de Copenhattle

Michel LAMBERT, 2 décembre 2009

À quelques jours du sommet de Copenhague, sensé jeter les bases d’un nouvel accord post-Kyoto sur les changements climatiques, le capitalisme caméléon
cherche à tourner au vert. Transports, énergie, produits courants de consommation ;… les élites du monde s’imaginent mettre de l’avant un nouveau
« green deal » qui camouflerait grossièrement leur détermination à poursuivre malgré les multiples crises financière, écologique, alimentaire et sociale dans la même voie du capitalisme sauvage. Même Obama se présentera à Copenhague (en route vers Oslo et son ridicule prix Nobel) pour ajouter au spectacle davantage de poudre aux yeux alors que tout indique que la conférence n’accouchera de rien, si ce n’est un immense et scandaleux recul par rapport à
l’accord original de Kyoto !!

Entre vous et moi, sans rire, comment le capitalisme, même vert, un système basé sur le recherche du profit, l’exploitation des ressources, l’accumulation, l’impératif de croissance et la négation des droits environnementaux et humains pourrait-il régler le problème du climat et de la crise écologique ?

Si l’histoire est pertinente ici, on doit se souvenir de la grande révolution « verte » des années 60-70, qui anéantit l’agriculture de subsistance, créé pour l’exportation ces grandes monocultures noyées de pesticides et d’engrais chimiques, épuisé la terre, ruiné les petits producteurs et les paysans et affamé les peuples. Cette hypocrisie du capitalisme d’alors, qui produit aujourd’hui plus de déchets que de céréales, nous force, hier !, à proposer des modèles agricoles
souverains et au service des populations.

De réelles alternatives

Pour Alternatives et nombre d’acteurs du mouvement social, les solutions à la crise écologique et aux autres crises sont à trouver dans un modèle radicalement différent. Par exemple, à la place du système de la dette et des « ajustements » ultra-libéraux infligés par le FMI et la Banque Mondiale aux pays du Sud, il faut imposer la reconnaissance de la dette écologique accumulée par les transnationales et les élites du Nord qui sont après tout responsables de plus de 80 % des émissions de gaz à effet de serre et qui poussent maintenant le cynisme jusqu’à retirer aux peuple le droit à la subsistance par d’ignobles brevets sur les
produits agricoles du Sud et sur le vivant !

Il faut aussi un remplacement progressif mais rapide des énergies
fossiles par des sources d’énergie « propres », notamment le solaire,
alors que les scientifiques nous rappellent que le flux d’énergie solaire
qui atteint la terre est égal à 8 000 fois la consommation énergétique
mondiale !!

Ce sommet de Copenhague, annoncé par plusieurs comme la réunion diplomatique la plus importante de l’histoire du monde, s’ouvrira presque 10 ans jour pour jour après que quelques milliers de militants altermondialiste aient bloqué celui de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle en 1999 lançant de fait un nouveau mouvement mondial pour le changement. Déjà, Les militants présents à Copenhague annoncent qu’ils vont refuser les pâles
solutions proposées jusqu’à maintenant, lesquelles sont basées sur le marché et vont échouer à résoudre la crise climatique en plus d’augmenter de manière dramatique la pauvreté et les inégalités. Ils n’annoncent rien de moins qu’un nouveau Seattle !

Mais à cette différence près que « Copenhattle » pourrait être un tournant pour le mouvement altermondialiste qui ne se contente plus simplement de refuser le système, mais qui veut maintenant, avec détermination, proposer des solutions équitables, globales pour résoudre tant la crise écologique que les crises sociales.
Contrairement à d’autres rencontres similaires, ou parfois le « alter » du mot altermondialiste n’apparaît encore que comme une vue de l’esprit, à Copenhattle, le mouvement altermondialiste armé d’alternatives concrètes pourrait bien jouer un rôle déterminant.

Blogues

+