Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

FSM 2007

Repenser les luttes sociales africaines

Dernier de deux textes

François L’ÉCUYER, 24 janvier 2007

L’an dernier, plutôt que de tenir un seul événement, le comité organisateur du Forum social mondial avait planifié trois forums sociaux polycentriques simultanés : à Caracas au Venezuela, à Bamako au Mali et à Karachi au Pakistan (ce dernier a été quelque peu reporté en raison de l’important séisme qui a frappé le Cachemire).

Le comité organisateur croyait sûrement bien faire. Les forums polycentriques de Caracas et Karachi, forts de dizaines de milliers de participants, ont certes permis une plus grande décentralisation et une meilleure appropriation citoyenne des forums sociaux. Le succès relatif, en termes de participation, du forum polycentrique de Bamako a toutefois soulevé une importante question : jusqu’où le mouvement altermondialiste est-il prêt à aller pour afficher sa solidarité envers le continent le plus touché par la mondialisation néolibérale ?

Certes, l’Afrique peut sembler moins « attrayante » pour les militants altermondialistes. Un vent de gauche ne souffle pas sur le continent noir. Même les espoirs de la gauche internationale - le gouvernement socialiste du Mozambique, le gouvernement du African National Congress (ANC) en Afrique du Sud, entre autres - ont tour à tour déçu pour avoir embrassé le dogme néolibéral. Pourtant, nombreuses sont les mobilisations populaires qui, au cours des dernières années, sont parvenues à remodeler le paysage politique africain. À la mondialisation néolibérale, les mouvements sociaux africains ont réussi à opposer de réelles alternatives justes et solidaires en matière de développement. Le mouvement altermondialiste doit aujourd’hui reconnaître l’importance de ces luttes dans l’élaboration d’un nouveau contrat social mondial.

Une dette odieuse

Pour la majorité des États africains, le remboursement de la dette contractée depuis les années 1970 constitue le principal frein au développement socioéconomique. Pour certains pays, le poids de cette dette correspond jusqu’à 35% de leur budget national chaque année. Tant d’argent qui ne peut être investi dans les systèmes de santé et d’éducation, alors que les taux d’analphabétisme et de mortalité infantile battent des records internationaux.

Ce sont les mouvements sociaux africains, rassemblés au sein de la coalition Julibée Sud pour l’annulation de la dette des pays en développement, qui ont initié le travail de conscientisation des acteurs des pays développés sur cette question. Ces mouvements (les syndicats de la fonction publique en tête) ont également pu mettre au jour la perversité de nos programmes d’allégement de la dette. Le seuil d’endettement jugé « acceptable » par le FMI doit toujours être remboursé - ce qui explique l’augmentation chronique et constante, depuis 2001, des remboursements annuels du Niger, pourtant avant-dernier dans le classement du PNUD en matière de développement humain.

De plus, pour être éligible aux programmes d’allégement - notamment l’initiative des pays pauvres très endettés (PPTE) - les pays doivent respecter un ensemble de « conditionnalités » : libéralisation, déréglementation, ouverture des marchés, privatisations, etc. Ce sont les organisations africaines en lutte contre cette dette largement illégitime (puisque déjà remboursée par trois fois) qui ont réussi à démontrer la suite logique entre les plans d’ajustement structurel et les programmes d’allégement de la dette - et ainsi démasquer la rhétorique récupératrice de la finance mondiale.

Santé et VIH-Sida

L’Afrique du Sud est certainement le pays le plus fortement touché par l’épidémie du VIH-Sida. Jusqu’à 30% de sa population est infectée par le virus. Après avoir annoncé en 1999 un programme de production de médicaments génériques, le gouvernement de l’ANC fut poursuivi en justice par un groupe de multinationales pharmaceutiques désirant faire respecter leur propriété intellectuelle. N’eut été de la mobilisation populaire menée par le Treatment Action Campaign (TAC), qui regroupe des dizaines de milliers de séropositifs sud-africains, et de l’interpellation des activistes et gouvernements internationaux, ces multinationales n’auraient pas laissé tombé la poursuite - ce qui fut fait dès 2000.

Alors que le gouvernement sud-africain, l’année suivante, n’avait toujours pas lancé son programme de médicaments génériques, le TAC n’a pas hésité à l’amener en cour. Alors que la Constitution sud-africaine prévoit un accès universel aux soins de santé, la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud imposa, en deux jugements distincts, l’obligation pour le gouvernement de dispenser gratuitement de la Névirapine (qui prévient la transmission du virus entre la mère et son fœtus) et des médicaments antirétroviraux aux personnes atteintes par le VIH. Encore une fois, les mouvements sociaux africains sont à l’avant-garde d’une lutte sociale qui sera déterminante pour le mouvement altermondialiste des pays en développement, soit l’accès à des soins de santé universels et gratuits.

Intégration régionale

C’est sur le tard que les altermondialistes africains ont compris la dimension néolibérale de l’intégration sous-régionale, me confiait l’an dernier un militant nigérien. Contrairement au projet de Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA), restée lettre morte, les mécanismes d’intégration régionale africains - tels la Southern African Development Community (SADC) ou la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) - ont peu suscité de mobilisation populaire.

Pourtant, lorsque le Niger, en pleine famine à la fin 2004, décidait de hausser et d’imposer sa taxe sur la valeur ajoutée aux produits de première nécessité - eau et nourriture inclus -, les organisations nigériennes ont rapidement fait le lien entres ces hausses et les obligations du Niger face à la CEDEAO. Une opération « villes mortes », paralysant l’ensemble du pays au début 2005, a non seulement fait reculer le gouvernement du Niger en la matière - elle est parvenue à mobiliser les acteurs de la sous-région au rôle d’articulation des politiques néolibérales jouées par les organisations régionales et les États nationaux. La problématique d’intégration régionale en Afrique est à l’ordre du jour à Nairobi.

Il faut dire qu’au Niger existait déjà un réel réseau de mobilisation. En 2003 avait été tenu le Forum social nigérien, rassemblant des centaines d’organisations à travers le pays. Malgré les difficultés économiques et démocratiques que l’on connaît, les militants du Niger avaient démontré la capacité d’organiser l’une des déclinaisons nationales du forum social les plus efficaces sur le continent.

Droit à la vie

La précarité sociale et économique à laquelle sont confrontés les mouvements sociaux d’Afrique ont forcé ceux-ci à rétablir d’importants ponts, parfois délaissés dans les pays développés, entre la vie au travail et la vie à l’extérieur du milieu de travail. Plus près de nous, Marcel Pepin, alors président de la CSN, avait nommé cette bataille le « deuxième front » : pour survivre, pour se reproduire, la classe ouvrière doit s’assurer de pouvoir jouir de services essentiels en matière d’éducation, de santé et de logement, entre autres. L’apport des mouvements sociaux africains, dans le contexte de mondialisation néolibérale actuel, est incontestable.

Les problèmes du continent africain demeurent toutefois nombreux. La gravité des crises socioéconomiques, trop souvent héritées d’un autre siècle, ont provoqué de nombreux conflits meurtriers, que ce soit au Soudan, en Côte d’Ivoire, en République démocratique du Congo, en Somalie. Les mouvements sociaux d’Afrique manquent cruellement de moyens pour s’attaquer à de si grands fléaux. Le Forum social mondial de Nairobi n’aura sûrement pas le même retentissement que ceux tenus à Porto Alegre. Mais espérons que le mouvement altermondialiste saura jeter les bases de nouveaux partenariats solidaires avec les organisations africaines.


Cet article est paru dans l’édition du 25 janvier du Devoir.