Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Forum social européen d’Athènes : un rendez-vous à ne pas rater !

Éric DECCARO, 14 mars 2006

Le 4ème Forum social européen (FSE) aura lieu à Athènes du 4 au 7 mai prochain. Le comité d’organisation grec, qui comprend un grand nombre d’organisations de sensibilités très diverses, semble avoir travaillé en bonne harmonie, un gage de succès pour cet événement. Le FSE d’Athènes permettra d’élargir la participation au processus des forums sociaux en direction des pays des Balkans et d’Europe de l’Est. Il n’y aura en effet pas d’Europe sociale sans Europe unifiée.

Le FSE d’Athènes permettra aussi d’établir un lien entre activistes des pays européens et ceux du Moyen-Orient. Il favorisera le dialogue entre militant-e-s des deux rives de la Méditerranée, avec la tenue d’un forum social méditerranéen le premier jour du FSE. Un dialogue pourra ainsi s’engager avec des mouvements sociaux d’inspiration musulmane ; il s’agit de combattre l’islamophobie et les sentiments anti-musulmans qui se développent au sein des populations européennes, suite aux attentats terroristes des réseaux Ben Laden, mais aussi de la lutte contre « l’axe du mal » du gouvernement Bush. Ce dialogue est certes difficile mais aujourd’hui indispensable si l’on veut lutter contre les tendances « communautaristes » ; il doit être néanmoins clair que les droits des femmes et leur lutte contre l’oppression ou encore les principes de séparation entre l’Etat et la religion ne sauraient être sacrifiés au nom d’un tel dialogue.

La coordination européenne sur la Palestine sera présente à Athènes. L’occupation de la Palestine et la construction du « Mur » feront l’objet de nombreux séminaires. La question de la guerre en Irak sera aussi l’un des thèmes importants du FSE : la majorité des 500 propositions d’activités parvenues à ce jour aux organisateurs portent sur cette question. Les tendances répressives et les atteintes croissantes aux droits démocratiques et libertés individuelles qu’on voint pointer dans tous les pays au nom de la « lutte contre le terrorisme » seront abordées parallèlement.

Le réseau Amérique latine sera très présent à Athènes et compte bien utiliser cet événement pour préparer les mobilisations à l’occasion du sommet Europe-Amérique latine qui se tiendra à Vienne du 11 au 14 mai, en présence de 62 chefs d’Etat.

Un réseau s’est constitué pour combattre la pauvreté, la précarité et l’exclusion, problèmes de plus en plus lancinants non seulement dans les pays européens, mais dans le monde entier. Il entend dénoncer la gestion actuelle de la misère sociale, en particulier les tendances croissantes à la stigmatisation et au contrôle social des populations qui subissent de plein fouet ces effets.

Non seulement les organisations dites des « sans », mais aussi des institutions caritatives - confrontées très directement aux effets de ces tendances sur les populations qu’elles assistent - exigent de toute urgence des moyens pour lutter contre cette paupérisation croissante de la société et s’interrogent de plus en plus sur les causes profondes - systémiques - de cette situation.

Les questions de l’éducation, de la santé, et des services publics seront au centre de nombreux échanges, compte tenu des tendances à la libéralisation et la privatisation de ces services. Idem pour les questions du travail et du syndicalisme. Les syndicats grecs sont fortement engagés dans l’organisation du FSE d’Athènes et appellent les syndicalistes européen-ne-s à participer nombreux à cet événement dans une situation où le capital attaque sans relâche les acquis des travailleurs-euses.

Les questions - essentielles pour l’avenir de l’humanité - de la protection de l’environnement et du changement climatique feront l’objet d’une thématique spécifique.

Le mouvement des femmes tiendra dans le cadre du FSE une assemblée européenne, qui devrait faire la synthèse de séminaires portant sur la violence contre les femmes, la précarité, les droits sociaux et politiques des femmes, le rôle de la religion.

Le réseau pour une Europe démocratique et sociale, constitué dans le cadre de la campagne contre le contenu - parfaitement néolibéral - de la Constitution européenne, soumettra à la discussion une Charte des principes de l’autre Europe : démocratie européenne, paix, liberté, égalité dans la diversité, droits sociaux et du travail, solidarité pour éliminer pauvreté et précarité, économie socialement équitable, écologiquement durable, gérée démocratiquement, sont quelques-uns des mots-clefs de cette charte. On peut néanmoins regretter que celle-ci ne se situe pas plus clairement dans une perspective de critique du système et d’alternative à celui-ci, ou qu’elle ne prenne pas véritablement en compte la subordination croissante - à mon sens structurelle - des institutions politiques à la logique de cette globalisation capitaliste.

La Charte reste en effet une tentative d’aménager les institutions dans un sens plus progressiste, et énonce une série de revendications démocratiques qui risquent fort de rester des vœux pies, car de plus en plus incompatibles avec les tendances qu’imprime ce système.

Le réseau « migrations et racisme » sera fortement présent et s’efforcera de mettre sur pied une campagne pour la libre circulation des personnes et leur liberté d’établissement (« you can move and stay »). La question des camps aux frontières Est et Sud de l’Europe, et dans les pays de transit (Lybie, Algérie, Maroc) sera thématisée et des campagnes de dénonciation seront décidées. Les questions des droits sociaux et politiques des migrant-e-s et de la régularisation des sans papiers seront mises en avant.

Nous invitons toutes les personnes intéressées à participer à ce Forum social européen qui sera dans tous les cas fort intéressant, même si les thématiques, très cloisonnées entre elles, risquent de ne pas permettre une avance en termes d’analyse des causes des phénomènes auxquels nous sommes confronté-e-s et de contenu d’un projet alternatif à la société actuelle. Il est néanmoins clair que le FSE demeure un événement de première importance pour toutes celles et tous ceux qui, en Europe, aspirent à un changement social.


Pour infos le site du FSE : www.fse-esf.org