Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

L’Inde en voie de devenir le gendarme de l’Orient ?

Éric MARTIN, 2 février 2004

Un pour tous, et tous contre un. L’Inde, les États-Unis et Israël seraient en voie de former une nouvelle « triade » pour mater « l’ennemi » commun qu’est le « terrorisme musulman ». D’après les experts rassemblés lors d’une conférence organisée par Alternatives, dans le cadre du Forum social mondial de Mumbai, l’Inde est appelée à devenir le nouveau « gendarme » de l’Asie et pourrait bien être la clé de la stratégie américaine sur ce continent dans les prochaines années.

« On assiste à quelque chose de nouveau, explique le directeur d’Alternatives et enseignant en géopolitique à l’Université du Québec à Montréal, Pierre Beaudet. Une réorientation stratégique et géopolitique de la politique américaine dans le monde. En Asie, en particulier, par rapport à l’Inde ». Un rapprochement s’opèrerait actuellement entre les États-Unis, lsraël et l’Inde, qui déclasserait le Pakistan comme allié principal en Asie centrale.

D’après le politologue américain Jason Erb, les trois États trouvent une communauté d’intérêt dans leur animosité envers le monde musulman : « Depuis le 11 septembre, l’islam est le nouvel épouvantail idéologique des Américains, explique M. Erb. Nous assistons à une montée simultanée de la droite en Israël [Le Likoud, les colons], en Inde [hindutva] et aux États-Unis [les fondamentalistes chrétiens]. Tous partagent une haine de l’islam ». « On les retrouve du même côté dans le combat contre l’Islam, le Moyen-Orient et le terrorisme », constate aussi Pierre Beaudet.

En Inde, la fin de la guerre froide est marquée par l’abandon du socialisme, la transition de l’économie de marché et l’ascension au pouvoir d’un gouvernement ultranationaliste, celui du Bharatiya Janata party (BJP) : « Il y a en Inde une classe dominante. Ce groupe est au pouvoir par défaut, parce que le parti du Congrès s’est disloqué, sur une base qui dit : "le problème, c’est les musulmans". Donc le Pakistan et 150 millions d’Indiens ».

Plusieurs milliers de musulmans sont déjà morts dans les émeutes qui ont éclaté entre extrémistes hindous et pratiquants de l’islam ces dernières années.« Ici, les musulmans sont des juifs, peste Pierre Beaudet. Ce sont pour la plupart des commerçants et les membres des classes pauvres dalits qui sont des boucs-émissaires parfaits. Le discours qui est tenu est donc un discours de droite, contre les concepts de citoyenneté, d’intégration et de pluralisme qui étaient à la base de la constitution indienne », s’indigne Pierre Beaudet. « Il s’agit d’une grande menace à la démocratie indienne et à la laïcité. L’hindutva (mouvement extrémiste hindou-proche du BJP) s’oppose à toutes les religions monothéistes et certains de ses anciens leaders ont ouvertement avoué leur admiration pour Hitler », renchérit Erb.

Il en va de même pour la relation avec Israël : « L’Inde pense qu’Israël peut les aider à régler leur problème avec le Pakistan et à acquérir des technologies civiles et militaires », estime Ashin Vanaik, directeur de la coalition indienne pour le désarmement nucléaire et la paix. L’hindutva admire les sionistes et le gouvernements israélien pour leur façon de traiter les pays arabes. Ils voient l’islam comme une menace et croient pleinement à cette idée de "choc des civilisations" qui justifie toute intervention contre des pays arabes », ajoute-t-il.

« Il y a aussi l’aspect géopolitique, poursuit Beaudet. On a besoin d’un allié qui va menacer et même frapper au nord (Pakistan, Ouzbékistan, Tadjikistan), à l’Ouest (Iran) et à l’Est (la Chine). Les États- Unis sont en conflit larvé avec la Chine. Le gros commerce et l’establishment américain ne veulent pas qu’elle devienne une superpuissance ou qu’elle dispose d’armements sophistiqués. Ils veulent garder la Chine comme elle est : "Faites des jouets et foutez nous la paix avec le reste" ».

Selon Jason Erb, la Chine représente la menace la plus immédiate à l’hégémonie américaine sur une échelle de 25 ans. Mais selon lui, « les États-Unis ne se risqueront pas à provoquer la Chine, ils cherchent plutôt à l’endiguer ». Or, cet endiguement ne peut se faire sans un allié dans la région : « Qui va emmerder la Chine, qui va l’empêcher de faire quoi que ce soit ? C’est l’Inde ! », conclut Pierre Beaudet. « Le coeur du projet du BJP et du groupe dominant est de transformer l’Inde en un gendarme régional. Ils ont besoin de ça, sans quoi ils perdent les élections ».


Éric Martin est correspondant du CIPUF à Mumbai. Il accompagne la délégation du CECI.