Manifestation dans l’est de Montréal — Rien ne justifie la torture

vendredi 13 mai 2005

Montréal- vendredi 13 mai 2005- Tandis que le gouvernement américain mène une opération de relations publiques pour persuader la planète que la réalité mise au jour par les photographies prises à Abou Ghraib ne constituait qu’un problème mineur qui est désormais réglé, des milliers de personnes détenues par les États-Unis en Irak, en Afghanistan, à Guantánamo Bay et dans d’autres lieux tenus secrets risquent toujours d’être torturées ou maltraitées.

Ce samedi à Montréal, 300 policiers et pompiers, urgence Santé, et 40 figurants pour jouer les morts et les blessés, simuleront un attentat terroriste au centre-ville de Montréal. Les médias vont sans doute faire écho à cet exercice très légitime.

Ce même samedi, Amnistie internationale organise une manifestation en lien avec cet exercice au centre-ville pour rappeler que les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ont aussi entraîné une psychose de la sécurité. Les gouvernements ne s’embarrassent plus de respecter les droits humains, le droit humanitaire et leurs propres lois, sous prétexte de sécurité nationale. Amnistie rendait public le 13 mai un rapport sur la pratique de la détention par les États-Unis dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme ».

Cette manifestation où les étudiants du groupe AI du cégep et des étudiants en théâtre illustreront ces droits humains bafoués, débutera à 17h15 au cégep de Maisonneuve, à l’ajournement de la Rencontre annuelle sur les droits humains et se terminera à 18h15. La Marche s’arrêtera au métro Pie IX où une animation théâtrale sensibilisera les passants qui seront invités à signer, sur les cagoules noires symboliques des prisonniers irakiens, une pétition demandant au président Bush d’arrêter la torture.

Vous trouverez le rapport Guantánamo and beyond : The continuing pursuit of unchecked executive power sur.

Pour en savoir plus sur les préoccupations d’Amnistie internationale concernant les violations des droits humains commises dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme », veuillez consulter le document États-Unis : la dignité humaine bafouée. Torture et obligation de rendre des comptes dans la « guerre contre le terrorisme ». Rapport de synthèse.

- 30-

Pour information :
Anne Sainte-Marie
Responsable des communications aste-marie@amnistie.qc.ca
Amnistie internationale
(514) 766-9766 poste 230 ou Cell. 268-4983

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Nos brèves

Conférence, 7 mars : Quel avenir pour les droits humains au Proche-Orient ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Répression

Liberté de presse et pandémie ne font pas bon ménage

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca