Bolivie

La victoire d’Evo Morales

mardi 12 août 2008

Le président Evo Morales a été ratifié à son poste lors du référendum célébré ce dimanche en Bolivie, avec un vote favorable qui fluctue entre les 56,7 et les 60 %, mais son succès s’est aussi étendu à la majorité des préfets de l’opposition, réaffirmés dans leurs charges. Selon les sondages, les préfets de l’opposition de La Paz, Jose Luis Paredes, et de Cochabamba, Manfred Reyes Villa, ainsi que le préfet pro gouvernement d’Oruro, Alberto Aguilar, ont été révoqués.

Les chiffres des chaines ATB et PAT signalent que Paredes Reyes Villa n’auraient récolté qu’entre 40 et 45 pour cent de votes en leur faveur.

Entre 56 et 58 pour cent auraient voté contre le préfet pro-gouvernement Alberto Aguilar selon les médias.

Selon ces deux rapports ont été ratifiés à leurs charges le préfet de l’opposition de Santa Cruz, Ruben Costas, avec un soutien entre 71,2 et 79 pour cent ; et son allié du Beni, Ernesto Suarez, avec un soutien entre 67,5 et 72 pour cent.

De plus, celui de Tarija, Mario Cossio, aussi de l’opposition, aurait obtenu un appui autour de 65 pour cent, et celui de Pando, Leopoldo Fernandez, contraire à Morales serait ratifié avec des voix favorables proches de 60 pour cent.

Le préfet pro-gouvernement de Potosi, Mario Virreira, aurait un nombre de votes favorables entre 75,6 et 77 pour cent, ont indiqué ces médias.

Ils ont, de même que le réseau Unitel, donné au président Evo Morales, un vote favorable entre 56,7 et 60,1 pour cent.

Les résultats officiels et définitifs du référendum révocatoire ne seront pas connus avant sept ou dix jours, comme a prévenu la Cour Nationale Électorale (CNE), bien que cette nuit pourraient être connues quelques données du scrutin partiel.

Les boliviens se sont rendus aux urnes pour décider, dans un inédit référendum dans le pays, la continuité ou la révocation du président Morales, de son vice-président et huit des neuf préfets régionaux.

Avec cette consultation, la Bolivie tente une sortie à sa complexe crise politique où le projet constitutionnel de Morales s’affronte au plan autonomiste entrepris par les gouverneurs de l’opposition de quatre départements en marge du Gouvernement et du Congrès.

Traduit par http://amerikenlutte.free.fr


Voir en ligne : Pagina/12, 10 août 2008.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca